Dating ♥

Lou Charmelle, actrice X : « On ne baise pas comme on le

Date de publication: 2019-09-24 18:05

La toute premiè re ré action de ma mè re fut la crainte. Elle s&rsquo imaginait dé jà que j&rsquo allais tourner dans une cave de banlieue, avec des filles de l&rsquo Est, en proie à des mafieux. Mais aprè s lui avoir expliqué comment ç a c&rsquo é tait passé , et surtout qu&rsquo elle me sente é panouie, elle m&rsquo a de suite soutenue. Et elle est mê me maintenant trè s fiè re de moi !

Rue69 : Quand et comment es-tu devenue actrice porno ?
Lou Charmelle : J&rsquo ai commencé le X à 79 ans, en fé vrier 7558, par hasard. J&rsquo é tais sur un salon é rotique à Bordeaux avec mon coloc de l&rsquo é poque, en simples visiteurs.

Et si tu tiens vraiment à ce que je te donne des chiffres, disons que la moyenne pour une scè ne vaginale serait de 555 euros en Europe, et je touchais 6 555 euros aux US. Les trè s grosses stars amé ricaines touchent aux environs de 5 555 euros !

Quand j&rsquo ai dé cidé de faire un bout de chemin dans le X aprè s ma premiè re scè ne, j&rsquo y ai aussi vu un moyen de tester mes limites, mon corps, mes dé sirs.

Les tarifs varient selon ce que tu fais. Il est é vident qu&rsquo un solo en vidé o n&rsquo est pas payé de la mê me maniè re qu&rsquo une double pé né tration !

Puis Internet et le piratage agressif sont arrivé s. Tout le monde a commencé à s&rsquo exhiber gratos sur la Toile. Plus particuliè rement en France, les gens ne veulent plus payer pour voir du X. Ils veulent des branlettes vite faites sur des tubes amateurs gratuits, qu&rsquo un nombre impressionnant de gens aura bien voulu faire partager via leur camé ra basse qualité .

Histoires de Sexe (s) a é té vraiment inté ressant à faire, car c&rsquo est un film explicite qui n&rsquo a pas pour but d&rsquo exciter le public mais de lui montrer diffé rentes tranches de vraie sexualité , celles de monsieur et madame tout-le-monde.

J&rsquo y incarne une jeune femme marié e, rigide, qui n&rsquo a jamais eu d&rsquo orgasme de sa vie et pour qui le sexe n&rsquo est qu&rsquo un devoir. Je devais faire une scè ne de sodomie raté e, une scè ne d&rsquo amour où on voit que je m&rsquo y fais ch. puis une scè ne de masturbation, ou mon personnage dé couvre l&rsquo orgasme pour la premiè re fois.

Il y a des choses que je n&rsquo appré cie pas plus que ç a, comme les crachats, les é jaculations buccales. Mais ce sont des choses auxquelles on ne peut pas é chapper quand on fait du gonzo , notamment à l&rsquo é tranger. Comme tout mé tier, il y a des aspects qu&rsquo on aime moins que d&rsquo autres ! [Rires]

Cette note n&rsquo aurait pas vu le jour sans l&rsquo initiative d&rsquo un ê tre qui s&rsquo est fait passer pour Rue69 dans le but de cuisiner Lou Charmelle, actrice porno de 77 ans. Ne voyant rien venir sur Rue89, Lou a pris contact avec Camille qui, sans autres faç ons, a approfondi et parachevé l&rsquo entretien. Ré muné ration, condition de travail, vie privé e, prostitution, plaisir : la jeune femme est franc-jeu.

« Dans la prostitution comme dans la pornographie, on a tendance à condamner l’objet pour les usages qu’on en fait. »
De mon point de vue, c’est le processus de fabrication (l’industrie) de l’objet / du produit (de la pornographie) qui est condamnable. Dans le cas où il y a impossibilité de remettre en cause un processus de fabrication, il faut condamner l’usage du produit (par le refus de consommer par exemple). Je suis donc d’accord avec vous, il ne faut pas condamner le produit lui-même puisqu’il est la victime du processus.
C’est ce que je lis dans la législation Suédoise en matière de prostitution et que je cite dans mon précédent post.
Cdt.

Il y a des personnes avec lesquelles j&rsquo ai moins d&rsquo affinité s que d&rsquo autres, comme tout le monde, mais pas au point de refuser de tourner avec.

J&rsquo aimerais que cette profession soit reconnue en France de la mê me maniè re qu&rsquo elle l&rsquo est aux Etats-Unis, où l&rsquo industrie du X est un business comme un autre. Ce qui permettrait d&rsquo avoir des agents (interdits en France car assimilé à du proxé né tisme), et donc une sé curité , un sé rieux, et une tarification claire. Cela é viterait bien des abus de la part de certaines productions.

Mais ç a offre une visibilité , ce qui peut apporter un nouveau public, puis é ventuellement gé né rer du trafic sur mon site internet (en admettant qu&rsquo il soit ouvert bien sû r), donc des nouveaux abonné s, donc de l&rsquo argent.

Je trouve ç a marrant de se voir sur papier glacé et que mes potes me racontent m&rsquo avoir croisé e sur un kiosque en allant bosser. Et ç a me fait rire d&rsquo archiver ç a avec le reste de mes magazines, en pensant à mes vieux jours, me demandant si ce seront mes neveux ou mes enfants qui tomberont en premier par malheur dessus. Ç a m&rsquo apporte de la bonne humeur, quoi.